Curiosités toponymiques

Attention, ne confondons pas: il y a «Marolle» et «Marolles» | Opgelet, Marolle is niet hetzelfde als Marollen

 

Quartier populaire par excellence de Bruxelles, attirant les touristes, les Marolles sont délimitées au nord par l’église Notre-Dame de la Chapelle, à l’est par la place Poelaert (le palais de justice), à l’ouest par la jonction Nord-Midi et au sud par le boulevard de Waterloo, avec en son sein l’hôpital Saint-Pierre, anciennement léproserie qui remonte au moins à 1174. En son centre se trouve le célèbre marché aux puces, place du Jeu de Balle (Vossenplein) : le Vieux Marché. Il se tenait jusqu’en 1872 sur la place Anneessens, déjà appelé aussi « Vieux Marché » : « Den â mêt » (en Marollien – oude markt en néerlandais). Les habitants continuèrent cependant à parler aussi d’ « Àven â mèt » (ancien  vieux marché) par habitude, faisant référence au marché de la place Anneesens.

 

De Marollen, Brusselse volksbuurt bij uitstek en toeristische trekpleister, strekken zich uit van de Kerk van Onze-Lieve-Vrouwe-ter-Kapelle in het noorden tot het Poelaertplein (Justitiepaleis) in het oosten, de Noord-Zuidverbinding in het westen en de Waterloolaan in het zuiden. Hier bevindt zich ook het Sint-Pietersziekenhuis, het vroegere leprozenhuis dat teruggaat tot minstens 1174. In het centrum bevindt zich het Vossenplein met zijn beroemde vlooienmarkt: de Oude Markt. Deze markt werd tot in 1872 op het Anneessensplein gehouden, dat ook bekend stond als de Oude Markt of Den â mêt in het Brusselse dialect. De Brusselaars bleven het echter ook hebben over d’ Àven â mèt (de vroegere oude markt) uit gewoonte, als verwijzing naar de markt van het Anneessensplein.

[Carte postale de Bruxelles représentant le Vieux Marché de la place du Jeu de Balle, avec, au centre, la coopérative des Ateliers Réunis active dans les années 1890 © Archives du CPAS de Bruxelles | Postkaart van Brussel, met de Oude Markt van het Vossenplein op de voorgrond en in het midden de coöperatieve Ateliers Réunis die actief was in de jaren 1890 © Archieven van het OCMW van Brussel]

 

 

[En haut, « La Justice », de P. Brueghel le Vieux (1559). Représentation des différentes formes d’exécution pratiquées au XVIe siècle avec ses potences, gibets et roues. L’arrière-plan, avec sa colline, peut évoquer le Galgenberg, l’actuel emplacement du Palais de Justice. En bas, gravure de J. Harrewijn (1727) représentant les bâtiments de l’ancienne léproserie © Archives du CPAS de Bruxelles | Justitia van P. Brueghel de Oude (1559). Voorstelling van de verschillende executievormen die toegepast werden in de XVIe eeuw met een galg, een strop en een rad. De heuvel op de achtergrond doet denken aan de Galgenberg, waar zich vandaag het Justitiepaleis bevindt. Rechts gravure van J. Harrewijn (1727) met de gebouwen van het vroegere leprozenhuis © Archieven van het OCMW van Brussel]

 

« La Marolle » au sens strict désigne un quartier plus restreint, dont une partie a été détruite pour pouvoir construire le Palais de Justice. « La Marolle » se situe en amont de la rue Haute, comprenant seulement trois rues : la rue Montserrat, la rue de la Prévoyance et la rue des Prêtres. En 1704, le cimetière de l’hôpital Saint-Jean (aujourd’hui hôpital Brugmann) y est implanté dans l’actuelle rue Montserrat.

 

In de strikte zin van het woord verwijst De Marolle naar een kleinere wijk waarvan een deel afgebroken werd om het Justitiepaleis te kunnen bouwen. De Marolle bevindt zich hoger in de Hoogstraat en bestaat uit slechts drie straten: de Montserratstraat, de Voorzorgsstraat en de Priestersstraat. In 1704 wordt het kerkhof van het Sint-Janshospitaal (nu Brugmannziekenhuis) in de huidige Montserratstraat gevestigd.

 

[Plan routier de Bruxelles. Avec des notices chronologiques et historiques, de J. Coché, 1788/1804, orienté à l’ouest-nord-ouest, c. 1/6500. B.R., C.P. XXXI Bruxelles 1788 III 3293. Lisette Danckaert, Bruxelles. Cinq siècles de cartographie (1989). En bas, zoom sur les Marolles. | Rechts een vergroting van de Marollenwijk]

 

Beaucoup se sont interrogés sur l’origine du nom « Marolles », qui fait encore débat actuellement. Une hypothèse veut que le mot Marolles proviendrait de la congrégation des sœurs Apostolines, également connues sous le nom latin de « Mariam Colentes » (« celles qui honorent la vierge Marie »), ou des sœurs « Maricolles », ce qui donnerait la forme actuelle « Marolles ». Les sœurs Apostolines et les Maricoles aidaient les pauvres et apportaient des soins aux femmes prostituées, qui étaient nombreuses dans cette zone. Une autre hypothèse tendrait à démontrer que les « Marolles » désignaient les femmes de mauvaise vie elles-mêmes. La rue Montserrat d’aujourd’hui s’appelait Op de Marolle (rue des Marolles) et ce nom est resté pour tout le quartier.

 

Waar de oorsprong van de naam Marollen ligt, is een onderwerp dat ook vandaag nog tot discussies leidt. Een van de hypotheses zou zijn dat het woord Marollen afkomstig is van de Congregatie van de Zusters Apostolinnen, die ook gekend is onder de Latijnse naam Mariam Colentes of de Mariavereerders, of van de zusters Maricollen, wat kan leiden tot de huidige vorm Marollen. De Zusters Apostolinnen en de Zusters Maricolen hielpen de armen en de prostituees, die talrijk aanwezig waren in deze zone. Een andere hypothese zou zijn dat Marollen verwees naar de vrouwen van lichte zeden zelf. De Montserratstraat van vandaag heette toen Op de Marolle (rue des Marolles) en die naam is door de hele wijk overgenomen.

 

[En haut, « Religieuse de Maricolle », en bas, illustration d’une religieuse « Apostolines, autrement dites les Marolles », Philippe Joseph Maillart, Collection de costumes de tous les ordres monastiques (1811). Au milieu, carte postale représentant une vue panoramique sur les Marolles, en arrière-plan le Palais de Justice © Archives du CPAS de Bruxelles | Links, « Religieuse de Maricolle », rechts, afbeelding van een Apostolinnenzuster, of anders gezegd de Marollen, Philippe Joseph Maillart, Collectie van kledij van alle kloosterorden (1811). In het midden, postkaart met panoramisch zicht op de Marollen en in de achtergrond het Justitiepaleis. © Archieven van het OCMW van Brussel]

 

 

Bibliographie sommaire | Beknopte bibliografie :

Collectif, Les Marolles. 800 ans de luttes. Vie d’un quartier bruxellois, éd. du Perron, 1988

Marie-Hélène Genon, Les Marolles, éd. Région de Bruxelles-Capitale, 2007

Luc Surdiacourt, De Marollen. Een eeuwenoud misverstand, éd. Davidsfonds / Standaard Uitgeverij nv, 2018

Klaus Besser, Les Marolles. Bruxelles inconnu, éd. Pierre de Méyère, 1967

Lisette Danckaert, Bruxelles. Cinq siècles de cartographie, éd. Lannoo, Tielt, 1989

 

© Archives du CPAS de la Ville de Bruxelles | Archieven van het OCMW van de Stad Brussel

 

1 réflexion au sujet de “Attention, ne confondons pas: il y a «Marolle» et «Marolles» | Opgelet, Marolle is niet hetzelfde als Marollen”

  1. Les noms de lieux ont souvent des origines étranges. En France on trouve souvent des « chemin vert » ou des « vers galants » – le vert est presque toujours associé aux quartier chauds.

Laisser un commentaire