L'eau dans tous ses états

Les pompiers bruxellois et la lutte contre les incendies | Brandweerlieden in Brussel en brandbestrijding

De tout temps, l’eau a été utilisée dans la lutte contre les incendies. C’est l’une des raisons pour lesquelles elle était collectée et stockée dans les milieux urbains. Déjà au 15e siècle, l’eau de pluie et celle des ruisseaux sont collectées à cette fin dans de grandes mares artificielles à Bruxelles. Pour assurer la sécurité de la ville durant la nuit, des veilleurs sont postés (quatre à la tour de l’église Saint-Nicolas et un à la tour de l’église de la Chapelle) et sont tenus de donner l’alerte avec leur trompette ou porte-voix. Lorsque un feu se déclare, les habitants interviennent, suivent les indications du maître du quartier et utilisent les 292 seaux, les 10 échelles, ainsi que les 10 pompes à bras réparties dans la ville et gardées par les couvents. La lutte contre l’incendie fonctionne alors essentiellement sur base volontaire, mais certains métiers, dont celui des brasseurs, ont déjà leur propre équipe d’intervention. Ce n’est que bien plus tard qu’est institué un corps organisé.

Water wordt als sinds oudsher als wapen ingezet bij brandbestrijding. Dit is één van de redenen waarom het werd opgevangen en opgeslagen in stedelijke gebieden. Reeds in de 15de eeuw worden regenwater en beken voor dit doel omgeleid naar grote kunstmatige vijvers in Brussel. Om de veiligheid van de stad tijdens de nacht te verzekeren worden wachters opgesteld (vier op de toren van Sint-Nikolaaskerk en een op de toren van de Kapellekerk) en ze zijn verplicht om alarm te slaan met hun trompet of een spreekbuis. Wanneer een brand wordt opgemerkt, komen de inwoners tussenbeide. Zij volgen de richtingen van de wijkmeester en gebruiken de 292 emmers, 10 ladders en ook de 10 handpompen verdeeld zijn over de stad en bewaard worden door de kloosters. De brandbestrijding werkt hoofdzakelijk op vrijwillige basis maar sommige ambachten, waaronder de brouwers, hebben hun eigen hulpverleningsploeg. Het is pas veel later dat een georganiseerd orgaan wordt opgericht.

[Feuillet d’étrennes distribué par les veilleurs de nuit, 18e siècle, Collection iconographique, G-1724, A.V.B. | Eindejaarsgeschenksblad uitgedeeld door de nachtwakers, 18e eeuw, A.S.B., Iconografische verzameling, G-1724, A.S.B.]
Ces veilleurs ont été en fonction jusqu’au maïorat de Charles de Brouckère au 19e siècle.
Deze nachtwakers waren in dienst tot het mandaat van Charles de Brouckère in de 19e eeuw.

 

C’est le 15 août 1800 qu’est constitué par le Conseil communal de Bruxelles un corps de sapeurs-pompiers en tant que tel. Composé de 100 hommes, il est chargé d’assurer la police à l’intérieur de la ville et de régulariser les secours en cas d’incendie. Au cours des années suivantes, il connaîtra différents remaniements et changements de dénomination, mais perdurera malgré le régime hollandais et l’instauration de la Belgique indépendante.

Een effectief brandweerkorps word op 15 augustus 1800 door de Gemeenteraad van Brussel gevormd. Het is samengesteld uit 100 mannen en is verantwoordelijk om de orde te verzekeren in de stad en hulp in geval van brand te reglementeren. In de daaropvolgende jaren werden verschillende herstructureringen en naamsveranderingen doorgevoerd, maar het brandweerkorps hield stand en dit ondanks de Hollandse periode en de Belgische onafhankelijkheid.

[Uniforme du sapeur-pompier vers 1835, reproduction d’un dessin, 1935, Collection iconographique, A-80, A.V.B. | Uniform van een brandweerman, circa 1835, reproductie van een tekening, 1935, Iconografische verzameling, A-80, A.S.B.]

Au début du 19e siècle, ces hommes du feu ont à leur disposition 21 pompes, 200 seaux et peuvent acheminer de l’eau dans des tonneaux. Quelques années plus tard, ils profitent du nouveau système d’approvisionnement en eau qui est installé en ville dès 1852 et qui fournit les différentes bouches d’incendies encastrées dans les trottoirs (cf. article concernant l’approvisionnement en eau à Bruxelles). Ces conduites, associées aux pompes à vapeur et aux pompes automatiques dès 1909, permettent l’usage des lances à incendie. Certains plaident également à cette époque pour que les pompiers soient mieux préparés aux réalités du terrain grâce à des exercices, que leur uniforme soit revu (abandon du sabre), et que l’on recrute des personnes ayant exercé des métiers aux fonctions analogues (charpentiers, maçons, etc.).

Aan het begin van de 19de eeuw beschikken de spuitgasten over 21 pompen, 200 emmers en en kan er water worden opgeslagen in watertonnen. Enkele jaren later benutten ze het nieuwe drinkwatervoorzieningsysteem dat in 1852 geplaatst werd (zie het artikel op watervoorsiening in Brussel). Dit systeem voorziet de verschillende brandkranen die ingebouwd zijn in de stoepen van water. Deze waterleidingen worden vanaf 1909 aan stoompompen en aan automatische pompen gekoppeld, wat het gebruik van brandslangen toelaat. Sommigen pleiten rond diezelfde periode voor een betere voorbereiding van de brandweermannen op de realiteiten van het veld door middel van oefeningen, voor een herziening van hun uniformen (het opgeven van de sabel) en voor de aanwerving van mensen die gelijksoortig functies hebben uitgeoefend (zoals timermannen, metselaars, enz.).

[Coupe d’une bouche à incendie du 19e siècle encastrée dans le trottoir, 1901, Bibliothèque, BIB 732 B 1, Th. BICHEROUX, « Ecole du pompier et règlement des manœuvres », A.V.B. | Doorsnede van een 19de eeuw brandkraan ingebouwd in de stoep, 1901, Bibliotheek, BIB 732 B 1, Th. BICHEROUX, « Ecole du pompier et règlement des manœuvres », A.S.B.]

[Liste des emplacements des « bouches d’eau », notamment celles sur la Grand-Place dans la deuxième division de police, dressée à l’attention du bourgmestre Félix Vanderstraeten, 1880, Bibliothèque, BIB 2919 34, M. FREMOLLE, « Secours en cas d’incendie. Emplacement des bouches d’eau classées par division de police et suivant l’ordre alphabétique des noms de rues », A.V.B. | Overzicht van de geplaatste brandkranen met name degene van de Grote Markt in de tweede politieafdeling opgemaakt voor de burgemeester Félix Vanderstraeten, 1880, Bibliotheek, BIB 2919 34, M. FREMOLLE, « Secours en cas d’incendie. Emplacement des bouches d’eau classées par division de police et suivant l’ordre alphabétique des noms de rues », A.S.B.]

[Plan figuratif d’une pompe à vapeur, vers 1871, Archives des Sapeurs-Pompiers de la Ville de Bruxelles, SP carton 12, A.V.B. | Tekening van een stoompomp, ca. 1871, Archief van de brandweer van de Stad Brussel, SP carton 12, A.S.B.]

 

[Pompiers s’exerçant au maniement des lances à eau dans la cour de la caserne place du Jeu de Balle, photo, fin 19e-début 20e siècles, Collection iconographique, F-562, A.V.B. | Brandweerlieden  oefenen met brandslangen op de binnenplaatsen van de kazerne aan het Vossenplein, foto, eind 19de-begin 20de eeuw, A.S.B., Iconografische verzameling, F-562, A.S.B.]
La caserne de la place du Jeu de Balle a été construite en 1864-1865 et a permis le remplacement de la caserne installée dès 1806 dans une ancienne brasserie, place Anneessens. Elle reste en fonction jusqu’en 1982, moment où elle est remplacée par celle de l’Héliport
De kazerne aan het Vossenplein werd gebouwd in 1864-1865 en verving de kazerne die vanaf 1806 in een oude brouwerij op het Anneessensplein was gevestigd. Ze blijft in gebruik tot 1982 waarna ze vervangen werd door de kazerne van de Helihaven.

 

L’achat de la première voiture a lieu en 1908. Les premiers camions apparaissent aussi avant la Première Guerre mondiale. Ceux-ci se généralisent après 1945 et deviennent l’équipement de base des pompiers. Le corps des pompiers de Bruxelles intervient sur le territoire de la commune, mais collabore également avec les pompiers des autres communes limitrophes. Ces différents corps sont fusionnés en 1973 et deviendront en 1990 l’actuel SIAMU.

De eerste auto werd in 1908 aangekocht. De eerste vrachtwagens verschenen eveneens nog voor de Eerste Wereldoorlog. Ze worden na 1945 veralgemeend en vormen de basisuitrusting van de brandweerlieden. De Brusselse brandweer komt tussenbeide op het grondgebied van de gemeente maar werkt ook samen met de brandweermannen van de aangrenzende gemeenten. Deze korpsen werden in 1973 samengesmolten en zullen in 1990 de huidige DBDMH worden.

[Matériel roulant non-motorisé, photo, fin 19e-début 20e siècle, Collection iconographique, C-7845, A.V.B. | Niet-gemotoriseerd rollend materieel, foto, eind 19de-begin 20de eeuw, Iconografische verzameling, C-7845, A.S.B.]

[Pompiers et leur camion d’intervention, photo, 20e siècle, Collection iconographique, C-8137, A.V.B. | Brandweerlieden en hun interventiewagen, 20ste eeuw, A.S.B., Iconografische verzameling, C-8137, A.S.B.]

[Voiture échelle des pompiers, carte postale, vers 1906-1913, Collection iconographique, W-9614, A.V.B. | Autoladder van de brandweer, postkaart, ca.1906-1913, Iconografische verzameling, W-9614, A.S.B.]

 

© Archives de la Ville de Bruxelles | Archief van de Stad Brussel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.