Archives et histoires insolites

1917: les tramways funèbres | De rouw-trams

Les nombreuses réquisitions de chevaux sans cesse envoyés au front durant la Première Guerre mondiale ont eu, en 1917, une conséquence inattendue dans la vie des Bruxellois : les transports funéraires ne pouvaient plus être assurés. Sans chevaux pour les tirer, les corbillards sont inutilisables sur route. La Société des Tramways bruxellois propose alors une solution insolite : transformer des voitures de trams en corbillards… sur rails. Plus besoin de chevaux, ces charrettes à bras sont utilisables par un ou deux hommes.

De talrijke paarden die tijdens de Eerste Wereldoorlog constant werden opgevorderd om naar het front te worden gestuurd, hadden in 1917 ook onverwachte gevolgen op het leven van de Brusselaars: de rouwstoeten konden niet langer uitrijden. Zonder paarden waren de lijkkoetsen immers onbruikbaar op de weg. De Société des Tramways Bruxellois kwam met een ietwat ongewone oplossing op de proppen: tramstellen ombouwen tot lijkwagens … op sporen. Deze steekwagens kunnen door één of twee mannen worden voortgeduwd, zonder dat daar paarden voor nodig waren.

Une fois les détails de mise en place et d’adaptation réglés, la solution s’applique vite à toutes les communes de Bruxelles.

Eens de nodige aanpassingen aangebracht, vond de oplossing al snel ingang in alle Brusselse gemeenten.

 

Toutefois, en 1918, force est de reconnaître qu’en dépit de son aspect pratique et peu onéreux, la formule ne séduit guère les familles endeuillées. Un rapport au Collège de la commune de Saint-Gilles pointe les raisons de ces refus : l’absence d’ornements traditionnels nuirait grandement à la solennité des processions. Décision est donc prise par le Collège de contacter un artisan pour le charger de transformer les charrettes sur rails en corbillards dignes de ce nom.

In 1918 moest men echter vaststellen dat deze weliswaar praktische en goedkope oplossing, de rouwende families niet echt kon bekoren. In een verslag aan het College van de gemeente Sint-Gillis stonden de redenen voor deze weigering opgesomd: het ontbreken van traditionele ornamenten deed fel afbreuk aan het plechtige karakter van een rouwstoet. Het College besliste dus contact op te nemen met een ambachtsman om de steekwagens op sporen om te bouwen tot lijkwagens die naam waardig.

 

Source: dossier concernant l’entente entre la commune et la Société des Tramways bruxellois pour le transport des corps suite à la réquisition des chevaux par l’autorité occupante, 1917 (inventaire en cours de réalisation).

Bron : gemeentearchief van Sint-Gillis, « Dossier concernant l’entente entre la commune et la Société des Tramways bruxellois pour le transport des corps suite à la réquisition des chevaux par l’autorité occupante », 1917 (inventaris wordt uitgevoerd).

 

© Administration communale de Saint-Gilles | Gemeentelijke administratie van Sint-Gillis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s