Bâtiments disparus

L’Hôtel des Monnaies, rasé de près ! | Het Munthof, met de grond gelijkgemaakt!

A quelques pas du parvis de Saint-Gilles, sur le lieu de la place Marie Janson, situé entre les rues de l’Hôtel des Monnaies, de Jourdan, de Moscou et de la Victoire, se dressait autrefois l’Hôtel des Monnaies. Ce bâtiment était réservé pendant un siècle à la frappe de la monnaie pour près de vingt-deux pays.

Vlakbij het Sint-Gillisvoorplein, op het Marie Jansonplein en tussen de Munthof-, de Jourdan-, de Moskou- en de Overwinningsstraat stond vroeger het Munthof. Een eeuw lang werden in dit gebouw de munten van zo’n tweeëntwintig landen geslagen.

 [Vue aérienne, © Acronews 1957|  Luchtfoto, © Acronews 1957]

L’Etat décide de déplacer dès 1871 la frappe de la monnaie de la place de la Monnaie à la commune de Saint-Gilles et d’y édifier un nouvel Hôtel des Monnaies. Ce bâtiment sera subsidié en grande partie par le roi Léopold II et construit sous l’influence du style de Louis XIII par l’architecte Armand-Louis-Adolphe Roussel (1834-1889), qui aurait déclaré pour justificatif que « ce fut sous le règne de ce roi de France que de nombreux perfectionnements furent apportés au système de fabrication monétaire »[1]. Inauguré en 1880, le bâtiment occupe une place de près de 5500 m² et jouit d’une renommée internationale pendant une cinquantaine d’années en frappant de la monnaie dans des pays aussi lointains qu’au Moyen-Orient ou sur le continent africain.

In 1871 besliste de Belgische staat om het aan het Muntplein gevestigde atelier voor het slaan van geldstukken te verhuizen naar de gemeente Sint-Gillis en er een nieuw munthof te bouwen.  Dit gebouw werd grotendeels gefinancierd door koning Leopold II en in Lodewijk XIII-stijl opgetrokken volgens de plannen van architect Armand-Louis-Adolphe Roussel (1834-1889), die later zou hebben verklaard dat « het onder het bewind van deze Franse koning was dat heel wat verbeteringen aan het muntvervaardigingssysteem werden aangebracht. »  Het 5500 m² grote gebouw werd in 1880 ingehuldigd en genoot een vijftigtal jaar wereldfaam omdat er ook munten van verre landen uit het Midden-Oosten of Afrika werden geslagen.

 

 [Hôtel des Monnaies en 1885, Collection Cercle d’histoire de Saint-Gilles | Munthof in 1885, Collectie Cercle d’histoire de Saint-Gilles]

La façade principale de l’Hôtel des Monnaies s’étend sur 100 mètres de longueur. Le bâtiment se compose d’une partie administrative et d’une partie de fabrication, comprenant des ateliers de gravure, de fonderie, de presse ou encore de frappe. Ces derniers sont construits de telle manière qu’ils sont bordés par une cour centrale où s’élève un pavillon percé de larges baies, appelé « le Bureau de Surveillance »[2]. Les agents du directeur peuvent donc surveiller le travail des ouvriers dans les différentes salles. Le bâtiment comprend des machines à vapeur du système Corliss donnant une force motrice à toute l’usine dès 1881. Respectivement en 1906, 1923 et en 1951, l’édifice s’équipe de plusieurs autres machines à vapeur destinées à augmenter la production.

De hoofdgevel van het Munthof is 100 meter lang. Het gebouw bestond uit een administratief gedeelte en een gedeelte voor de vervaardiging van de munten, met de ateliers voor het graveren, smelten, persen of slaan ervan. Ze liggen aan weerszijden van een binnenkoer, met centraal een paviljoen voorzien van grote in de buitengevels uitgespaarde vensters, het zogenaamde « Bureau de Surveillance ».  Van daaruit konden medewerkers van de directeur toezicht houden op het werk van de arbeiders in de verschillende zalen. Het gebouw was uitgerust met stoommachines die volgens het Corliss-systeem werkten en die vanaf 1881 de hele fabriek van energie voorzagen.

 

 [Plan du rez-de-chaussée des ateliers monétaire, Dossier n°2326, Inventaire des archives du service de l’Hygiène (Série relative aux établissements insalubres, dangereux et incommodes), en cours de publication | Wordt binnenkort gepubliceerd]

 

En 1973, l’État décide de transférer l’usine hors Saint-Gilles et, dès la cessation de ses activités en 1976, l’Hôtel des Monnaies finit racheté par cette dernière. Trois ans plus tard, sous le mayorat du bourgmestre Jacques Vranckx, la commune détruit l’immeuble dans le dessein d’y construire des logements sociaux, un parking ou encore une salle de sport. Seul sera épargné de la démolition un petit pavillon situé à l’angle de la rue de Rome, destiné en 1960 à la Poste et ensuite à l’Administration communale (ces locaux sont actuellement occupés par le service Médiation scolaire communale de Saint-Gilles). Dès la fin des travaux du métro en 1984, l’endroit est réaménagé, faute de subsides de l’État, en espace public et porte dès lors, le nom de la conseillère communale et première femme ayant siégé au Sénat, Marie Janson. Aujourd’hui encore, pour nous rappeler les anciennes activités autrefois pratiquées à cet endroit, subsiste une ancienne machine destinée à la frappe de monnaies à la station de métro de l’Hôtel des Monnaies.

In 1973 besliste de overheid de fabriek te verhuizen en onmiddellijk na het stopzetten van de activiteiten in 1976, heeft de gemeente Sint-Gillis het Munthof aangekocht. Drie jaar later, onder het bewind van burgemeester Jacques Vranckx, sloopt de gemeente het gebouw om er sociale woningen, een parking of een sportzaal aan te leggen. Enkel een klein paviljoentje op de hoek van de Romestraat blijft gespaard. In 1960 vind de Post er onderdak, later een aantal diensten van het gemeentebestuur (momenteel is de dienst Schoolbemiddeling er gevestigd). Bij gebrek aan overheidssubsidies wordt het terrein na het einde van de metrowerken in 1984 aangelegd als publieke ruimte. Het plein wordt vernoemd naar Marie Janson, voormalig gemeenteraadslid en eerste vrouw die ooit in de Senaat heeft gezeteld. Ter herinnering aan de vroegere activiteiten staat er aan de ingang van het metrostation Munthof een machine waarmee munten werden geslagen.

[Démolition de la cheminée | Sloop van de schoorsteen]

© Archives communales de Saint-Gilles| Gemeentearchieven van Sint-Gillis

Références | Bronvermelding

[1] F. Bernier, Monographie de Saint-Gilles-Lez-Bruxelles, Bruxelles, P. Weissenbruch, 1904, pp. 295-296.
[2] Dossier n°2322 concernant l’établissement d’une chaudière à vapeur – Demande du Ministère des Finances, Inventaire des archives du service d’hygiène. Série relative aux établissements insalubres, dangereux et incommodes – Dossiers Commodo et Incommodo, volume 3.
http://sofei-vandenaemet.skynetblogs.be/archive/2007/04/20/l-hotel-des-monnaies-rase.html, consulté le 23/08/17.
– Bernier F., Monographie de Saint-Gilles-Lez-Bruxelles, Bruxelles, P. Weissenbruch, 1904, pp. 295-297.
– Saint-Gilles, Bruxelles, Guides CFC-Éditions, 2004, pp. 31-33.
– Saint-Gilles 800 ans… Du village à la ville. Huit siècles de développement urbain, Saint-Gilles, Syndicat d’initiative de Saint-Gilles, 2016, pp. 127-129.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.