Bâtiments disparus

1954 : destruction des jumelles Art Nouveau de la rue de Savoie | 1954: sloop van de art nouveau tweelingwoningen aan de Savoiestraat

De 1899 à 1954 deux maisons identiques se dressaient aux numéros 48 et 50 de la rue de Savoie, de part et d’autre de la rue Jef Lambeaux. Commandés en 1899 par Emile Bogaers, les deux bâtiments ont été construits dans le style Art Nouveau, en plein essor à la fin du XIXe siècle.

Van 1899 tot 1954 troonden aan de nummers 48 en 50 van de Savoiestraat twee identieke woningen op de hoek met de Jef Lambeauxstraat. Emile Bogaers gaf in 1899 opdracht voor de bouw van de twee woningen die werden opgetrokken in de aan het eind van de XIXe eeuw in zwang zijnde art nouveaustijl. 

 

[Dossier n°136, Inventaire des archives du service de l’Urbanisme, série relative aux bâtiments démolis, (en cours de publication | wordt binnenkort gepubliceerd).]

 

[Carte postale de la construction de l’Hôtel de Ville de Saint-Gilles entre 1900 et 1904, source : groupe Facebook « Anciennes cartes postales de Bruxelles », publication du 7 septembre 2017 | Briefkaart van de bouw van het Stadhuis van Sint-Gillis tussen 1900 en 1904, bron: Facebook groep « Anciennes cartes postales de Bruxelles », publicatie van 7 september 2017.]

S’accordant parfaitement avec les recommandations communales en matière d’architecture, notamment en matière de sécurité contre les incendies, les façades font la part belle à la pierre, aux briques émaillées et aux poutrelles métalliques. Ces matériaux considérés comme « non nobles » à l’époque, permettaient pourtant aux architectes Art Nouveau de travailler ce style unique tout en courbes, volutes et couleurs chaleureuses, se rapprochant le plus possible de la nature.

Volledig naar de gemeentelijke aanbevelingen wat betreft de architecturale aanpak en meer bepaald wat de brandveiligheid betreft, werden in de gevels heel wat natuursteen, geëmailleerde steen en metalen balken verwerkt. Die materialen werden in die tijd als “niet-edel” beschouwd. Ze boden de art nouveau-architecten echter de mogelijkheid om deze unieke, gebogen stijl met krullen en warme kleuren, die zo dicht mogelijk bij de natuur aanleunde, tot leven te brengen.

 

[Dossier n°136, Inventaire des archives du service de l’Urbanisme, série relative aux bâtiments démolis, (en cours de publication | wordt binnenkort gepubliceerd).]

L’objectif de l’ameublement intérieur des bâtiments Art Nouveau était simple : rompre avec le traditionnel système des trois pièces en enfilade autour d’un escalier, et offrir à chaque propriétaire un intérieur qui lui soit propre. Pour cette raison, si les façades des deux bâtiments étaient identiques, il n’en était pas de même pour les intérieurs, puisque le numéro 48 accueillait un débit de boisson, et le numéro 50 une maison d’habitation.

Rachetés par la famille d’Alfred SOLVAY au début du XXe siècle, les bâtiments seront démolis en 1954 pour être remplacés par les immeubles à appartement toujours visibles aujourd’hui.

De aankleding binnen in een art nouveaugebouw was bijzonder eenvoudig: breken met het traditionele systeem van drie opeenvolgende kamers rond een trap en iedere eigenaar een interieur aanreiken naar eigen noden en smaak. Hoewel de gevels van beide woningen identiek waren, was dat helemaal anders wat het interieur betreft. In het nummer 48 was immers een drankgelegenheid gevestigd terwijl het nummer 50 een gewoon woonhuis was.

Aan het begin van de XXste eeuw kocht de familie van Alfred SOLVAY de gebouwen op om ze in 1954 met de grond gelijk te maken en in te ruilen voor de nu nog bestaande appartementsgebouwen.

 

[Bâtiment actuel, août 2017 | Huidig gebouw, Augustus 2017]

Seules objections du Collège communal du 19 mai 1954 : que les deux bâtiments construits en lieu et place soient eux aussi identiques, et que les toits ne dépassent pas ceux de l’Hôtel de Ville de Saint-Gilles.

Enige kanttekening van het College van de gemeente op 19 mei 1954 bij de sloop: de gebouwen die de art nouveaupareltjes zouden vervangen, dienden eveneens identiek te zijn en het dak mocht niet hoger zijn dan dat van het Stadhuis van Sint-Gillis.

 

© Archives communales de Saint-Gilles | Gemeentearchief van Sint-Gillis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s