Boire et manger à Bruxelles

Le Kalibabou | De kalibabou

Autrefois, dans de nombreux estaminets bruxellois, il était de coutume d’offrir aux clients du lambic chaud en guise d’étrennes. Il était mélangé à du rhum et des œufs battus. Ce breuvage, qui ne convenait pas toujours aux estomacs délicats, portait le nom de kalibabou. A cette occasion, les clients donnaient à la serveuse le pourboire de toute l’année.

[Brasserie Au Grand Château d’Or, au n°28 de la rue Sainte-Catherine à Bruxelles. Vue intérieure. Carte postale, 1939. A.V.B., Collection iconographique, W-11622 |Brasserie Au Grand Château d’Or, Sint-Katelijnestraat 28, Brussel. Binnen aanzicht. Postkaart, 1939. A.S.B. Iconografische verzameling, W-11622]

In veel cafés in Brussel bestond vroeger de gewoonte om de klanten een warme Lambiek aan te bieden als nieuwsjaargeschenk. Daarin werden geklutste eieren en rum gemengd. Dit brouwsel was niet altijd even geschikt voor mensen met een zwakke maag. Het heette “kalibabou”. Met Nieuwjaar gaven de klanten de dienster een flinke fooi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s